Roumanie

Bucovine et Transylvanie…
8 jours / 7 nuits

FOCUS

  • Groupe de 15 personnes
  • Navette depuis Paris Porte Maillot vers l’aéroport de Paris-Beauvais (1h)
  • Vol direct depuis l’aéroport de Paris-Beauvais sur compagnie régulière
  • Hôtels de bon confort
  • Guide francophone pendant toute la durée du séjour
  • Bus privé pendant la durée du séjour

Terre d’histoire magnifiée par les contes et les traditions populaires, la Roumanie a gardé, inscrite dans une nature magnifiquement bucolique et préservée l’empreinte des empires et des minorités qui l’ont occupée et ont contribué à enrichir l’étonnante diversité de son patrimoine : Daces, Hongrois, Saxons, Autrichiens…
Châteaux saxons légendaires, villes médiévales, églises fortifiées et musées d’art s’éparpillent dans la région centrale de Transylvanie où plane encore le fantôme de Vlad Tepes l’empaleur, alias Dracula, et la fumée du « Château des Carpates » cher à Jules Verne.
Plus au nord, en Moldavie, la Bucovine dévoile, chemin faisant, ses trésors d’architecture monastique avec des églises peintes aux couleurs étonnantes, témoignages émouvants du XVe siècle et inscrits pour la plupart sur la liste du Patrimoine mondial par l’Unesco.
Occidentale par la langue latine, ancrée dans l’Orient par la religion orthodoxe et l’identité byzantine, la jeune république roumaine doit encore se débarrasser des pesanteurs d’une histoire mouvementée pour s’intégrer pleinement à l’Union européenne.

Rencontres, promenades à pied et hôtellerie champêtre permettront de mieux découvrir de l’intérieur ce pays attachant et authentique


JOUR 1 –PARIS –TARGU MURES (TRANSYLVANIE)

Envol de l’aéroport de Paris/Beauvais. Vol direct pour Targu Mures, au cœur de la Transylvanie. Accueil par notre guide francophone, installation à l’hôtel et tour de ville dans ce centre économique et culturel aux nombreux monuments anciens. Diner et nuit à l’hôtel à Tirgu Mures.

JOUR 2 – TARGU MURES – BISTRITA – COL DE TIHUTA – UNE JOURNEE CHEZ DRACULA

Après le petit-déjeuner, départ en bus pour Reghin, à la fois hongroise et saxonne, réputée pour ses ateliers de lutherie. Un peu plus loin, Bistrita aligne ses façades germaniques et autrichiennes. Route en compagnie de Bram Stocker au sein du domaine de son héros mythique Dracula. Déjeuner au col de Tihuta qui nous fait pénétrer dans les Carpathes orientales. Route vers la Bucovine, au sein de la Moldavie roumaine, « la route d’en-haut », celle des montagnes et des monastères peints, véritables marqueurs de la culture et de l’identité de la région. La plupart sont classés au patrimoine mondial par l’Unesco. Visite du monastère de Sucevita, orné des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Installation à l’hôtel pour deux nuits.

JOUR 3 – BUCOVINE, ENTRE NATURE ET MONASTERES

Après le petit-déjeuner, départ sur les petits chemins* ; belle randonnée pédestre, au dénivelé quasiment négatif à travers les prés, bois et hameaux à la découverte de ces joyaux d’art moldave qu’Etienne le grand et ses successeurs ont fait édifier entre le XVe et le XVIe siècle pour stimuler la foi et le patriotisme de leur peuple de paysans-guerriers. Occupés par des moniales, ces monastères sont toujours en activité. Arrivée au monastère de Moldovita, édifié en forme de trèfle et au porche garni d’arcades avec sa fameuse prise de Constantinople et ses fortifications. Repas pique-nique en route et visite du monastère de Voronet, l’un des plus célèbres pour la couleur de ses fresques, d’un bleu intense connu sous le nom du «  bleu de Voronet » et édifié en seulement trois mois pour célébrer une victoire sur les Ottomans. Ce chef-d’œuvre de l’art post-byzantin est surnommé la « Chapelle Sixtine » de l’Orient ; continuation avec le monastère de Humor.
Dîner chez l’habitant et nuit à l’hôtel.
*Option pour ceux qui ne peuvent marcher et nous rejoindront en bus pour les visites.

JOUR 4 – DE LA BUCOVINE A LA TRANSYLVANIE – GORGES PROFONDES

Après le petit-déjeuner, départ pour la visite de monastères moins connus mais charmants : Varatec et Agapia, occupé par des moniales dont les maisonnettes forment un ravissant hameau alentour. Route à travers les impressionnantes gorges de Bicaz, « le ruisseau des grenouilles », défilé naturel de 8km de long qui relie la Moldavie à la Transylvanie. Déjeuner au bord du lac rouge.. La route escarpée des cols des Carpathes orientales nous amènent à Sighisoara, jolie cité médiévale inscrite à l’Unesco.
Dîner et nuit dans un hôtel de charme à Sighisoara.

JOUR 5 – TRANSYLVANIE SAXONNE ET COURONNE D’ANGLETERRE.

Après le petit-déjeuner, visite de Sighisoara, prospère cité marchande féodale et l’une des mieux conservées de la région. Découverte de la Transylvanie saxonne; passage au charmant village de Viscri où le prince Charles d’Angleterre, amoureux de la région, possède une maison et investit dans la protection du site. Arrêt à Saschiz avec ses vergers de pommes, de cassis, de sureau, de coings et de rhubarbes où le même Charles a encouragé le développement de la Transylvanian Food Company qui produit des sirops, des confitures traditionnelles et fait revivre l’économie locale. Dégustation. En route, déjeuner chez l’habitant à Crit et route vers Brasov, la légendaire Kronstadt. Dîner au restaurant et nuit dans un hôtel de charme au centre-ville

JOUR 6 – CHÂTEAU PRINCIER ET FORTIFICATIONS LEGENDAIRES

Après le petit-déjeuner, incursion en Valachie à Sinaia pour la visite du château baroque de Peles, ancienne résidence d’été de la famille royale des Hohenzollern, rois de Roumanie. Edifié au XIXe siècle pour le roi de Roumanie Carol I de Hohenzollern, il est considéré comme l’un des beaux châteaux de la Mitteleuropa. Retour à Brasov, déjeuner et visite-promenade de la ville fondée par Etienne de Hongrie et cédée à l’ordre des chevaliers teutoniques pour contrer les invasions mongoles. Grand centre de foire, la ville était la porte Sud de la Transylvanie et a gardé un fort caractère avec ses fortifications et son centre-ville cossu qui révèle des sites intéressants : la place centrale, l’église Noire, la plus grande église édifiée entre Istanbul et Vienne ou l’église orthodoxe Saint-Nicolas. Route vers Sibiu
Dîner et nuit à l’hôtel au centre- ville de Sibiu

JOUR 7 – SIBIU, ARCHITECTURE, PEINTURE, RELIGION ET MUSIQUE, CONCENTRE D’HISTOIRE

Petit-déjeuner et visite de Sibiu, l’ancienne Hermannstadt, épargnée par les conflits et les destructions de Nicolae Ceuasescu. La ville a gardé un plan de ville médiéval allemand presque intact. Les éléments gothiques, les demeures et palais de style austro-hongrois, les bastions y cohabitent avec bonheur. La surprise se trouve à la pinacothèque qui présente une riche collection assemblée au XVIIe siècle par le gouverneur de Transylvanie et amateur d’art Samuel Brukenthal : une présentation impressionnante de peintures flamandes de Jordaens, van Eyck ou Memling qui voisine avec une foisonnante bibliothèque de manuscrits et d’incunables laissant deviner la curiosité, élargie à tous les domaines de cet homme, bienfaiteur de la ville. La collection a fait l’objet d’une exposition au musée Jacquemart-André en 2004. Passage à Sibiel au musée P. Ozim Oancea qui accueille une exposition d’icônes sur verre de Transylvanie, issue de la tradition chrétienne orthodoxe et de la fantaisie des peintres paysans roumains.
Continuation à travers les villages aux couleurs pastel et aux impressionnantes églises fortifiées dont celle de Biertan qui possède une triple enceinte.
Retour à Tirgu Mures où nous attend un concert. Le palais culturel, voulu par les austro-hongrois dans un style Sécession, avec ses tuiles vernissées, ses mosaïques et motifs végétaux, est le siège de l’une des plus anciennes formations symphoniques de Roumanie qui donne un concert hebdomadaire, par chance le jeudi ! Il est dirigé actuellement par le chef d’orchestre japonais Shinya Ozaki.
Dîner et nuit à l’hôtel à Tirgu Mures.

JOUR 8 – TARGU MURES – PARIS

Après le petit-déjeuner, transfert à l’aéroport de Targu Mures.
Vol pour Paris-Beauvais
Transfert par navette à Paris